Histoire de plagiat par Isabelle

stylo sur cahierComme le chantaient Les Beatles « All you need is love ». Pour ceux qui ne sont pas familiers de la langue de Shakespeare, cela signifie « Tout ce qu’il vous faut, c’est de l’amour ». Moi comme tout le monde, j’ai besoin d’amour et de reconnaissance. En créant ce blogue, j’ai pris l’engagement de respecter mes lecteurs en leur fournissant un contenu de qualité, susceptible de les inspirer ou de leur apporter quelque chose. J’apprécie autant de partager mes connaissances et mes découvertes avec vous que de voir mon travail respecté (parce que c’est du travail même si pour l’instant il ne me procure aucun avantage pécuniaire). Lorsque justement, je croise sur la toile un individu qui ne respecte pas mon travail, je me sens … Bref, j’en reparlerai plus loin ! Vous n’imaginez pas comment cette histoire de plagiat tombe à pic dans mon actualité bloguistique ! Oui, c’est un néologisme, pourtant la langue française est déjà riche de vocabulaire, mais il m’arrive parfois d’avoir besoin d’un mot qui n’existe pas encore. Alors mon côté créatif me fait inventer le mot idoine. Du coup, je vais vous raconter mon histoire de plagiat. Il s’agit de vécu : vis ma vie de blogueuse !!!

Les risques du plagiat

Suite à je ne sais plus quelle recherche effectuée sur le net en relation avec les notions de référencement des sites internets, je suis tombée sur un article qui donnait différentes astuces pour améliorer le référencement d’un site. L’un des points abordé concernait le contenu dupliqué. Les moteurs de recherche détestent le contenu dupliqué et tendent à sanctionner les sites qui ne proposent pas de l’information unique en les jugeant peu pertinents. De ce fait, les sites en question se trouvent relégués bien loin de la première page des résultats de recherche. Le référencement c’est tout un art. Il consiste à faire en sorte que lorsqu’un internaute cherche une information, il la trouve et en soit satisfait. Donc il faut écrire des choses intéressantes et les présenter de manière à ce que les moteurs de recherche soient en mesure de proposer le contenu aux internautes qui font une recherche et que les internautes soient contents de trouver l’information qu’ils cherchaient.
Si je tiens un blogue c’est pour le plaisir d’écrire et de partager. Or pour partager il faut être lue donc il faut être correctement référencée. Bref vous l’aurez compris, il faut une bonne dose d’huile de coude pour écrire du contenu original et réfléchir à la manière d’agencer l’information pour que les internautes qui sont à la recherche de quelque chose le trouvent et soient contents.

La chasse au plagiat

Donc je tombe sur cet article qui traitait de la duplication de contenu et je vois qu’il y a un outil appelé Copyscape qui permet de rechercher les copies d’un site sur la toile. Curieuse de tester cet outil, je fais une recherche sur mon billet des bonhommes allumettes. Il suffit d’entrer l’URL d’une page puis de lancer l’analyse et l’outil affiche les pages qui présentent du contenu identique en surlignant les parties de texte similaires.
Surprise ! Je tombe sur le site d’un thérapeute qui avait copié mon article. Le monsieur n’avait pas donné dans la dentelle, il avait carrément copié tout l’article y compris les schémas. En fait, la seule chose qu’il n’avait pas copié, c’était ma signature. Comme ce billet est écrit en employant le première personne du singulier, à première vue, le lecteur pouvait penser que cet individu était l’auteur du texte. Or en lisant attentivement, l’article est écrit au féminin puisque j’en suis l’auteur, mais le plagiaire n’avait pas corrigé ce point.
Au début j’étais un peu vénère comme dirait mon ado préférée. Puis je me suis dit que peut-être il n’avait pas eu l’impression de voler du contenu. Certaines personnes se disent qu’Internet n’appartient à personne, que les données qui s’y trouvent, si elles sont accessibles sont disponibles et qu’on peut en faire ce qu’on veut comme on veut. Pour un professionnel de la thérapie, je trouvais quand même la manière de procéder peu professionnelle justement ! Mon ado préférée à qui j’expliquai ce que je venais de découvrir lui aurait mis un pain dans la tronche illico ! Que voulez-vous, c’est l’impulsivité de la jeunesse…

Correspondance avec un plagiaire haut perché

Je ne comptais pas en rester là, parce que tout de même je trouvais que c’était assez gonflé comme façon de procéder. Première chose, je suis allée visiter le site du voleur de contenu. Comment dire… Le gars était quand même assez perché… La lecture des témoignages de ses patients m’a plongée dans des abîmes de perplexité.
Je cite pêle-mêle quelques qualificatifs employés par celles et ceux qui avaient bénéficié de ses soins pour le remercier :

Bienfaiteur céleste, légendaire, incomparable, magicien prestidigitateur, bien-aimé et lumineux, saint-esprit incarné…

Oui, oui … C’était du lourd quand même. Tant mieux si ces personnes avaient été soulagées de leurs maux mais la lecture de ces messages me laissait l’impression de découvrir un gourou.

clavier

Bref. J’ai rassuré mon ado préférée en lui disant que j’allais lui écrire pour lui demander de retirer son texte, enfin le mien ! Je lui ai donc adressé un message en utilisant son formulaire de contact.

Bonjour Monsieur,
Vous avez publié sur votre site un article qui explique la technique des bonhommes allumettes en juin 2016. Cet article est la copie quasiment mot pour mot de mon propre article, illustrations comprises. Je vous demande de supprimer cet article de votre site, les ressources mises à disposition sur mon site sont ma propriété et ne peuvent en aucun cas être copiées ou exploitées sans mon autorisation. Le respect du travail d’autrui est essentiel surtout pour un professionnel. Vous pouvez tout à fait écrire sur ce sujet en fournissant un travail personnel. Si vous utilisez mes ressources la moindre des choses c’est de citer vos sources et de ne pas faire de copier coller intégral. Merci de corriger rapidement,
Bonne journée.
Isabelle Ducau.

Après coup, je me suis dit que c’était peut-être un peu abrupt comme message mais bon, j’étais assez énervée quand même. Il me donnait un peu l’impression de se prendre pour le messie. Je ne le sentais pas trop. En tous cas, il ne me serait pas venue à l’idée de le contacter pour un soin ! Au bout de deux jours, j’ai reçu sa réponse. Je vous la mets en intégralité mais asseyez-vous parce qu’elle est aussi perchée que lui :

Merci pour votre commentaire effectivement votre blog nous a inspiré et je trouve cela plutôt flatteur. Mais effectivement notre blog n’étais pas a jour merci pour votre aide et belle continuation
Clin d’œil.

« rappel le verbe viennent de L’ADN » et rien en ce monde ne nous appartient.
Nous ne sommes que dans un monde d’illusion la plus belle reconnaissance de l’homme pour l’homme est la reconnaissance de l’un dans l’autre afin de ce mirer.

Cordialement Isidore Leperché.

Ma source est l’univers et vous en faite partie.
Vous êtes donc inspirante merci encore.

J’ai laissé les fautes mais j’ai évidemment modifié son nom et son prénom, mon objectif n’étant pas de lui nuire. Avouez que la lecture de cette réponse avait de quoi alimenter ma perplexité…
Le bonhomme était quand même clairement pas câblé comme moi. Je n’adhérais pas du tout. Tentative de flatterie aggravée par un usage abusif de pommade pour m’amadouer et me conduire à penser que j’avais de la chance que lui, Isidore, m’ait fait l’insigne honneur de plagier mon billet. Une petite poignée de sable magique dans les yeux et hop, tu n’as rien vu et finalement, tu vas peut-être même me remercier de t’avoir fait le divin cadeau de diffuser ta prose.

Le gars se prenait limite pour Dieu. Je l’imaginais installé sur un yacht de luxe à se faire éventer par ses fans énamourés par une chaude soirée d’été… Sérieusement, il ne manquait pas d’air. Je ne sais pas vous, mais moi, l’histoire de l’ADN, je n’ai pas capté. Sans doute ne suis-je pas encore assez éveillée spirituellement parlant… Toujours est-il que quelques jours plus tard, il avait supprimé le plagiat de son site et avait rédigé un billet potable pour lequel il s’était même fendu de l’effort de faire ses propres dessins.
Par contre, il faut croire que je ne l’avais pas inspiré au point qu’il cite mon œuvre. Il s’est peut-être dit que mon niveau d’éveil ne justifiait pas qu’il pointe un lien vers mon site, il a préféré citer Jacques Martel. Il a d’ailleurs terminé son billet par un jeu de mot qui venait comme un cheveu sur la soupe où il était question de se mettre Martel en tête… Perché Isidore, vraiment perché. Finalement, il m’a fait rire et lorsque j’ai fait lire sa réponse à mon ado préférée, elle a juste trouvé qu’il n’était pas net et s’est demandé pour qui il se prenait et ce qu’il fumait…

Mort au plagiat et au cordialement

Je n’ai rien contre le partage, sinon je ne tiendrais pas ce blogue. Par contre, je pense qu’il est bien de respecter le travail de chacun. Dire que tout n’est qu’illusion pour justifier de la paresse à écrire soi-même du contenu est juste abusif. Et puis je ne supporte pas les messages qui se terminent par « cordialement » ! Ce mot ne veut absolument plus rien dire. Il a été employé à toutes les sauces dans des milliers d’e-mails professionnels et il s’est vidé de sa substance. Mort au « cordialement » ! Ça me rappelle un commentateur agressif qui m’avait quasiment insultée lorsque j’avais témoigné dans le Monde de ma diète médiatique et qui avait terminé son réquisitoire par ce fameux « cordialement ». D’ailleurs depuis, c’est resté comme une blague chez nous, lorsque l’un de nous s’énerve contre quelqu’un il termine par un retentissant « cordialement ». Non mais.

Allez, bonne semaine et prenez soin de vous.

Isabelle.


Production personnelle dans le cadre du deuxième défi d’écriture mais pas que.
Photos :

15 réflexions sur “Histoire de plagiat par Isabelle

  1. Suny dit :

    Aaah, les dangers de la gloire !
    Mais quelle ingratitude Isabelle, voyons, tu devrais te sentir tellement flattée !
    Les gens ne doutent vraiment de rien, parfois… et se croient tout permis. Bientôt il va prendre ta photo et se faire passer pour toi, tiens ! Pfff…
    ça m’inspire surtout des « lol » et des « mdr », mais c’est tellement exaspérant des réactions de ce type… en tout cas je trouve que tu as très bien réagi, et je n’ai pas trouvé ton message brutal du tout. 🙂
    Je te souhaite une belle semaine !
    Bien cordialement 😀

  2. Suzanne dit :

    Bonjour Isabelle,
    Je vois qu’il y a des personnes qui n’ont pas de tête pour rédiger leur propre texte de travail qu’il faut copier le travail d’une autre personne et se voir parfais. J’ai connu une ex-collègue qu’elle a dit que c’est elle qui a fait un tel travail. Alors que c’étais moi qui avais fait le travail. Elle a eu tous les honneurs et elle a eu l’audasse de me le mettre sur le nez .
    Je trouve que vous avez bien fait de lui écrire. Je vous appuis 100%
    Merci pour votre beau travail. Je viens de commencer mon bulette journal Bravo? Excusez mes fautes
    Suzanne

  3. Claude dit :

    Bonjour
    Désolé pour ce personnage, ne lui donner pas plus d’importance qu’il n’en a,
    Vos article sont fabuleux notamment celui sur le bonhomme allumettes,
    L’univers nous donnent ce que l’ont a besoin, pour le bonheur de tous ,tout cela peut être partagés dans le respect de l’autre
    Merci pour tout ce que vous faite,continuer, ces toujours un plaisir de vous lire
    Je ne fais pas beaucoup de commentaires mais j’apprécie votre travail
    Belle et lumineuse journée
    Claude

  4. Langlet Monique dit :

    J’avoue que moi non plus je n’ai pas compris sa réponse.
    Pour qui se prend-il ce monsieur ?
    Je suis indignée de ce manque de respect du travail d’autrui.
    Bon Lundi de Pâques Isabelle

  5. Nathalie dit :

    Ça pour être perché, et grossier je dirais, car sa réaction n’est quand même pas terrible.
    Moi c’est l’ado préférée qui me plaît ha ha.
    Allez bien cordialement bon lundi de Pâques, non mé ho!!!

  6. Framboise Jones dit :

    bonsoir, cette personne n’est malheureusement pas la seule à agir ainsi….

    je connais une thérapeute, récemment installée, qui agit de même…
    depuis son installation, elle »publie régulièrement des articles intéressants et bien écrits…. connaissant le « personnage », j’ai eu tout de suite des doutes sur l’auteur présumée des articles et une rapide recherche google (juste la première phrase de l’article, surlignée et recherche google) m’a dirigée vers les articles d’origine, souvent copié comme le vôtre au mot près… même son onglet « expérience » était copié sur le site d’un autre thérapeute…. et sur son site, elle a mis un copyright !!!!
    souvent, lorsqu’il y a des parties manquantes, il manque les quelques mots d’adaptation nécessaire qui rendraient le texte à nouveau cohérent…
    enfin, bref, depuis un an, pas un seul article publié par cette thérapeute n’a été écrit par elle…. et comme votre « plagieur », ils sont à la première personne et ses lecteurs peuvent, en toute bonne foi, penser qu’elle en est l’auteure….
    quand aux commentaires, elle y répond comme si elle avait vécu la situation décrite et copiée…..
    déjà j’étais atterrée par ce comportement mais de penser qu’il est répandu, ça m’attriste….

    que l’on s’inspire de ce que l’on trouve sur internet pour écrire, OK…. les idées sont là, circulent et nous interpellent…
    mais il me semble que le principe de l’inspiration, c’est que l’on ingère, que l’on digère, que l’on s’approprie l’idée, le texte que l’on a rencontré et apprécié avant de le/la restituer sous une forme devenue vraiment personnelle…. ou alors, on assume le fait de ne pas avoir écrit l’article et on dit qu’on l’a trouvé tellement intéressant qu’on a envie de partager et on remercie chaleureusement l’auteur…. ça me parait simple….
    j’ai du mal à comprendre que des soi-disant thérapeutes, qui sont là pour vous mener au plus profond de votre « vérité » soient incapables d’assumer leur « faiblesse »…. enfin connaitre ses limlites est plutôt une force qu’une faiblesse….
    en plus, le jour où leurs lecteurs l’apprendront, ils seront tellement déçus, tellement blessés que le bien qu’ils auraient pu tirer de leur thérapie va être réduit à néant et causer des dégâts bien tristes….

    c’est très chouette de lire votre réaction pleine d’humour…. et efficace…..
    merci pour vos partages réguliers et inspirants…..
    belle continuation

    ps : pour ma part, ne sachant pas trop quoi faire avec cette « découverte », et bien je n’ai rien fait mais je m’en sens parfois mal à l’aise….

    • Isabelle dit :

      Bonjour Framboise,
      Merci pour vos encouragements. Si quelqu’un doit se sentir mal à l’aise c’est la plagiaire mais pas vous. Il n’y a pas grand chose que vous puissiez faire. Si vous commentez les articles plagiés en disant qu’ils ont été copiés, il est assez probable que la plagiaire se contente de supprimer vite fait votre commentaire et c’est tout. Personnellement, j’ai vu une fois sur Instagram la photo d’une mésange qui venait manger dans la main du photographe. Les abonnés du compte qui publiait cette photo félicitaient son auteur en lui faisant remarquer que ça n’avait pas dû être facile de faire une telle photo. Le détenteur du compte répondait qu’il lui avait fallu des heures de travail et énormément de patience pour y arriver et tout le monde le félicitait. Or, cette photo je la connaissais parce que je suivais le compte de son véritable auteur, un photographe passionné de nature et qui approchait régulièrement les écureuils et les mésanges. Il postait sur son compte des photos et des vidéos magnifiques. Il s’agit du compte kpunkka si vous voulez aller voir. L’autre était un plagiaire, j’ai donc commenté sa photo en indiquant que cette photo était initialement postée sur le compte de kpunkka. Que croyez-vous qu’il advint ? Le plagiaire ne m’a pas répondu, n’a pas retiré sa photo, n’a pas modifié son commentaire et a supprimé le mien. Il en va sur le Web comme dans la vie, il y en a toujours pour profiter des autres et s’approprier leurs efforts ou leur travail !
      Bon lundi de Pâques

    • Framboise Jones dit :

      merci isabelle pour votre réponse pleine de bon sens et d’optimisme…. à vous aussi, bon lundi de pâques et belle continuation….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *