Contraintes implicites et enfermement volontaire : écueils de communication

Communication Après avoir vu que la simplicité pouvait être une source insoupçonnée d’inventivité, j’avais envie de poursuivre ma réflexion en vous parlant des contraintes implicites. Cette notion est directement liée à l’énigme des neuf points que je vous ai soumise dans mon précédent billet. Dans une consigne ou un énoncé, chaque mot compte mais pas seulement. En plus des contraintes explicites réelles, chaque individu peut introduire des consignes supposées ou contraintes implicites. Celles-ci compliquent les problèmes à résoudre et sont source d’incompréhension.

Lire la suite

Petites réflexions sur l’art de la simplicité

la simplicité des trèflesJ’ai envie d’explorer l’art de la simplicité, de disserter sur nos attitudes et nos schémas de pensée. Je vous propose une petite réflexion sur l’art de faire compliqué, un travers qui rend la vie difficile et en réduit la saveur.
Mais ce n’est pas toujours simple de faire simple. Nous avons parfois des barrières mentales ou des conditionnements dont nous ne sommes même pas conscients qui nous empêchent de voir la simplicité des choses. Au fond, c’est quoi l’art de la simplicité ? Pas si simple.

Lire la suite

Le financement participatif pour contribuer à la création de contenu

tirelireVous avez sans doute déjà entendu parler du financement participatif. Peut-être avez-vous même déjà contribué à quelques projets. Le financement participatif, c’est la force de l’union. C’est le principe des petits ruisseaux qui font les grandes rivières. C’est aussi je trouve une forme de pouvoir donné aux individus. Le pouvoir d’agir sur notre quotidien en soutenant des projets en accord avec ce que nous sommes. Le pouvoir aussi de contribuer à une certaine de forme de liberté et de soutenir la créativité, l’inventivité, l’innovation et l’audace pour un avenir meilleur. Le financement participatif est un outil qui me plaît parce qu’il est à la finance ce que les circuits courts sont à la grande distribution. Une façon de s’affranchir des intermédiaires et de garder la maîtrise. Quel rapport avec le blogue ? J’y viens.

Lire la suite

Histoire de plagiat par Isabelle

stylo sur cahierComme le chantaient Les Beatles « All you need is love ». Pour ceux qui ne sont pas familiers de la langue de Shakespeare, cela signifie « Tout ce qu’il vous faut, c’est de l’amour ». Moi comme tout le monde, j’ai besoin d’amour et de reconnaissance. En créant ce blogue, j’ai pris l’engagement de respecter mes lecteurs en leur fournissant un contenu de qualité, susceptible de les inspirer ou de leur apporter quelque chose. J’apprécie autant de partager mes connaissances et mes découvertes avec vous que de voir mon travail respecté (parce que c’est du travail même si pour l’instant il ne me procure aucun avantage pécuniaire). Lorsque justement, je croise sur la toile un individu qui ne respecte pas mon travail, je me sens … Bref, j’en reparlerai plus loin ! Vous n’imaginez pas comment cette histoire de plagiat tombe à pic dans mon actualité bloguistique ! Oui, c’est un néologisme, pourtant la langue française est déjà riche de vocabulaire, mais il m’arrive parfois d’avoir besoin d’un mot qui n’existe pas encore. Alors mon côté créatif me fait inventer le mot idoine. Du coup, je vais vous raconter mon histoire de plagiat. Il s’agit de vécu : vis ma vie de blogueuse !!!

Lire la suite

Burn-out et santé mentale au travail : témoigner pour informer

Allumette consummée burn-outDu 13 au 26 mars 2017, ce sont les semaines d’information sur la santé mentale (SISM). Le thème de l’édition 2017 est « santé mentale et travail ». Victime d’un burn-out en avril 2015, ce thème ne me laisse pas insensible.
Le burn-out a été le sujet de travail d’une mission d’information parlementaire qui a auditionné plusieurs acteurs de l’épuisement professionnel : associations d’aide aux victimes, psychologues, chercheurs, sociologues, épidémiologistes, cabinets spécialisés en prévention des risques psychosociaux, avocats, organismes publics de la prévention des risques au travail, organisations syndicales, sécurité sociale, hôpitaux, médecine du travail, directeurs des ressources humaines, psychiatres… Les auditions se sont déroulées tout au long de l’année 2016 et ont débouché sur la rédaction d’un rapport. La commission aux affaires sociales a adopté en février 2017 le rapport de mission d’information relative au syndrome d’épuisement professionnel (ou burn out). En attendant que le burn-out soit reconnu comme maladie professionnelle, le rapport propose déjà d’améliorer les dispositifs existants en matière de prévention et de chiffrer le coût social de l’épuisement professionnel.
Quant à moi, en attendant de publier un jour mon témoignage intégral, ma contribution aux semaines d’information sur la santé mentale se fera à travers ce billet. Comment une personne en bonne santé peut-elle se retrouver incapable de travailler pendant plusieurs mois ? Aujourd’hui, je peux enfin raconter cette histoire parce que je me suis reconstruite. Voici un résumé des événements professionnels qui m’ont conduite au burn-out il y a bientôt deux ans.

Lire la suite